Hôtel BERTHA

5 minutes de Montmartre - 1 étoile confort

Get Adobe Flash player

Hotel Boulevard Barbes

 

L’Hôtel Bertha Paris dispose de 28 chambres commodes avec salle de bain privée ou partagée, télévision, téléphone, bureau et service de réveil-matin. Ses chambres sont très lumineuses, les salles de bain propres et rénovés. Une relation optimum qualité-prix, offrant un excellent logement à petit prix.

 L’Hôtel Bertha Paris est un hôtel 1 étoile qui se trouve dans le 17ème arrondissement, à deux pas de la Place Clichy, à Paris, récemment rénovée. Il est fortement recommandé pour ceux qui cherchent un hôtel économique et en plein centre de l’activité parisienne, il est situé à quelques minutes à pied du Sacré-Cœur avec sa vue surplombant Paris, Montmartre et ses artistes, le cimetière de Montmartre avec ses célébrités dont Dalida, Sacha Guitry, Nijinski ou encore Emile Zola..., le Boulevard de Clichy avec Pigalle et sa vie nocturne, le Moulin Rouge avec ses fameuses danseuses. La place de Clichy, c'est également une multitude de restaurants, cinémas, théâtres dont l'Hébertot, à proximité de l'hôtel Bertha, le théâtre Mogador, l'Olympia.

Egalement, à quelques stations de métro, se trouve l’Arc de Triomphe, les Champs Elysées, L’Opéra Garnier, la Gare Saint-Lazare, La Madeleine, et bien sûr les Galeries Lafayette et le Printemps. La périodes des fêtes de Noël est particulièrement féérique, que ce soit aux Galeries Lafayettes, mais également sur l'avenue des Champs Elysées, la Concorde avec sa grande roue, la Tour Eiffel scintillante et tant d'autres lieux... Paris, la ville Lumière s'illumine pour vous.

 Boulevard Barbès

Le boulevard Barbès est un boulevard du 18e arrondissement de Paris créé en 1867 dans le cadre des transformations de Paris sous le Second Empire. À partir de 1844, une grande partie du parc du Château-Rouge, situé sur la commune de Montmartre, est loti. Une ordonnance du 31 mars 1847 autorise les différents propriétaires, dont M. Lévisse, à ouvrir plusieurs voies sur les terrains acquis. Alors que la largeur des autres rues est fixée à 12 m, celle de cette nouvelle voie, qui reliait la rue des Poissonniers, qui se connectait avec la rue du Faubourg-Poissonnière située au sud du boulevard de Rochechouart, à la rue Marcadet, est portée à 14 m2. Appelé rue Neuve-Poissonnière sur le cadastre de 1850, elle est renommée avant 1860 rue Lévisse. Après le rattachement de la commune de Montmartre à Paris par la loi du 16 juin 1859, la rue Lévisse est officiellement classée dans la voirie parisienne par un décret du 23 mai 1863. Le 23 mai 1863, un autre décret déclare d'utilité publique le prolongement du boulevard Magenta depuis l'ancienne barrière Poissonnière jusqu'à la porte de Clignancourt. Cette voie de 30 m de large, dessinée dans le cadre des travaux haussmanniens, absorbe la rue Lévisse, dont la largeur est ainsi doublée, et la partie sud de la rue des Poissonniers. Elle englobe au passage la place du Château-Rouge. Le 2 mars 1867, cette voie, encore en cours de réalisation, prend le nom de boulevard d'Ornano6.

En 1892, la partie du boulevard d'Ornano au sud de la rue Ordener est renommée en l'honneur d'Armand Barbès, homme politique français né à Pointe-à-Pitre. La ligne 4 du métro suit, sous terre, le tracé du boulevard, s'arrêtant à trois stations le long de celui-ci : Marcadet - Poissonniers à l'extrémité Nord du boulevard (station également desservie par la ligne 12), Château Rouge en son centre, et Barbès - Rochechouart à son extrémité Sud (station également desservie par la ligne 2, qui franchit le boulevard au moyen d'un viaduc). Considéré par la Mairie de Paris comme peu confortable, très bruyant et pollué, le boulevard Barbès a fait récemment l'objet d'une requalification complète. Cette opération, labellisée « espace civilisé », a consisté à redistribuer l'espace public au profit des transports en commun, des cyclistes et des piétons, tout en cherchant à améliorer le cadre de vie et à favoriser le dynamisme commercial du boulevard. Les travaux se sont achevés en 2007.

 Les mots hostellerie ou hôtellerie, durant le Moyen Âge, désigne une partie d'un monastère ouvert au public, réservé à l'accueil et à l'hébergement des hôtes occasionnels, les pèlerins et les étrangers. Au cours de la période, ils se laïcisent (XIIIe siècle), puis désignent un établissement plus « rustique » qu'un hôtel (XVIe siècle-XIXe siècle)2. L'historien du tourisme, Marc Boyer, indique dans Le tourisme de l'an 2000, que la Grande Encyclopédie du XVIIIe siècle, ne définit pas Hôtel mais seulement l'Hôtellerie pour désigner une « maison où les voyageurs sont logés et nourris pour leur argent »4. Rappelant que hôtel est une forme abrégée de Hôtellerie. Le mot pourtant va s'imposer, écartant ostellerie, prenant le pas sur l'auberge qui devient rurale, et reléguant l'hôtellerie à un usage limité au secteur professionne. Depuis le XIXe siècle, la plupart des dictionnaires désigne l'hôtel comme un établissement où l'on peut se loger pendant une ou plusieurs nuits contre un paiement. Cette définition supplante ainsi les autres acceptations du mot.


NOS CHAMBRES

52 €
Chambre double prix normal (Occ. max. : 2 personnes)
51 €
Chambre single (Occ. max. : 1 personne)  
47 
Double sans WC (Occ. max. : 3 personnes)
53 €
Chambre twin (Occ. max. : 2 personnes)
75 €
Chambre triple prix normal (Occ. max. : 3 pers.)

 Demande de disponibilité 

Demande de réservation  

Juste 3 minutes à pied

A quelques pas de l'hôtel (200 mètres) le Bistrot des Dames vous accueille dans un cadre de rêve pour vos diners ou déjeuners. Un lieu de rêve dans un cadre champêtre. 


 Plus d'info